La place des réseaux sociaux dans une stratégie de référencement

Les réseaux sociaux sont plus que jamais tendance. Tout le monde ou presque les utilise, que ce soit à titre personnel et/ou professionnel. En ce qui concerne le deuxième, le plus intéressant à nos yeux car lié de toute part au web marketing, les enjeux sont nombreux : développer son image de marque, renforcer la proximité avec ses clients, générer du trafic sur son site et depuis plusieurs mois maintenant, améliorer son référencement.consultant seo

Ne pas confondre corrélation et causalité

En effet, ces réseaux omniprésents émettent des signaux que les moteurs de recherche interprètent désormais au même titre que d’autres critères à la fois techniques et sémantiques. Fort logiquement, maximiser le nombre de Likes, de Retweets et de +1 respectivement sur Facebook, Twitter et Google Plus est devenu un objectif prioritaire pour la plupart des référenceurs. Toutefois, comme le souligne pertinemment Olivier Andrieu, il est primordial de ne pas partir trop vite en besogne et de bien différencier la corrélation de la causalité. Si le fait que les réseaux sociaux sont incontestablement utiles en SEO, leur impact sur la capacité d’un site à gagner des positions dans les SERPs demeure encore très floue.

Quand bien même on constate que la majorité des pages bien positionnées jouissent d’un apport conséquent de ces signaux, la méconnaissance de leur poids dans l’algorithme de Google doit nous pousser à revoir la façon de les utiliser dans le cadre d’un audit SEO. Pour cela, basons-nous sur ce que l’on sait vraiment des avantages des réseaux sociaux pour le référencement.

La visibilité à défaut du ranking

L’Authorship

Dans un souci de qualité et de pertinence, Google a apporté nombre de changements à ses pages de résultats. Des changements notamment graphiques symbolisés par l’apparition de nouvelles formes d’informations, à commencer par les microdonnées, plus couramment appelées Rich Snippets. Celles-ci sont particulièrement utiles pour enrichir les résultats de recherche afin d’attirer l’œil des internautes et ainsi capter davantage de clics. Via son programme baptisé Authorship, le réseau social Google Plus offre ici des fonctionnalités intéressantes. En suivant cette procédure, il est effectivement possible d’afficher la photo de l’auteur d’un post sur Google, ce qui ne rendra les résultats de requêtes associés à ce dernier que plus visibles.

Le Knowledge Graph

Outre l’Authorship, Google s’appuie sur une base de connaissances tirées de sources externes pour proposer des informations sémantiques complémentaires au sein même des SERPs. Je fais bien évidemment allusion au Knowledge Graph, programme au développement progressif (voir graphique ci-dessous) introduit en 2012 et effectif en France depuis le début de l’année. Ce Knowledge Graph qui se traduit sur le plan organique par l’affichage d’un encart additionnel est conditionné par la diffusion de données sur des sites et portails à forte notoriété. Wikipedia est sans doute pour l’heure le plus populaire d’entre eux. Par sa nature collaborative, celui-ci peut être assimilé à un média social. Il peut donc faire l’objet d’une optimisation spécifique dérivée de celle des réseaux sociaux toujours dans l’optique de renforcer la visibilité d’un site dans les SERPs. D’autant qu’il semblerait que le Knowledge Graph et Google Plus sont étroitement liés, conformément aux observations faites par Gianluca Fiorelli.

Des signaux favorables à l’indexation ?

Bien que nous ne bénéficiions pas de retours de tests précis sur l’impact des réseaux sociaux à ce niveau, on peut légitimement affirmer qu’ils permettent de faciliter l’indexation des nouvelles pages. Les référenceurs n’hésitent plus en ce sens à donner un coup de jus à leurs liens dans l’espoir que Google les indexe plus rapidement, ce qui peut s’avérer très pratique en netlinking pour favoriser la prise en compte de backlinks récemment créés. Le fait de partager une URL, de la « liker », de la « twetter » ou encore de la « plusser » viendrait ainsi remplacer l’utilisation des diggs longtemps employés pour cela.

Conclusion

Au final, le seul véritable facteur dont nous sommes sûrs qu’il influe le ranking est l’Author Rank – Google ambitionne de récompenser les auteurs populaires et actifs sur son réseau en faisant remonter leurs articles – mais il n’est pas encore mesurable, ce qui le rend difficilement intégrable dans une prestation de stratégie SEO. Il est dès lors préférable de continuer à miser sur les réseaux sociaux pour améliorer sa visibilité plutôt que ses positions. Quoi qu’il en soit, rappelons que ces réseaux seront de toute manière un plus pour tout site à condition que leur recours résulte avant tout d’une stratégie social media adaptée, bien définie et correctement mise en place.