Focus entreprise : Les pieds exposés à une grande variété de risques professionnels

,
Si l’on en croit les statistiques de la médecine du travail, environ 7% du total des accidents de travail concernent les blessures aux pieds. Or, les victimes de ce genre de blessure ont généralement besoin d’une longue période pour récupérer. Il ne faut pas non plus oublier qu’il leur faut même parfois passer par la case rééducation. Certains ont quelques fois des séquelles irréversibles.

Selon les médecins, le pied fait partie des endroits du corps les plus difficiles à traiter, c’est pour cette raison que les suites médicales de ce type de traitement sont souvent longues. Parallèlement, les accidents concernant les pieds sont assez variés. Il peut s’agir entre autres d’une brûlure, d’une fracture de l’os, d’une plaie ou encore d’une lacération.

Port de chaussures (de sécurité) obligatoire

Depuis quelque temps déjà, la loi impose le port de chaussures de sécurité pour les métiers qui présentent des risques de blessures aux pieds. Sans surprise, la fourniture de ces « nouveaux outils de travail » revient aux employeurs, qui sont juridiquement dans l’obligation de prendre des mesures visant à protéger leurs salariés dans le cadre de leur travail.

À ce jour, le port de chaussures de sécurité est vu comme le moyen le plus efficace pour lutter contre les blessures aux pieds. Il est évident que l’on ne peut pas se rabattre exclusivement sur l’attention dont doivent faire preuve les uns et les autres. Car, dans chaque activité humaine, l’exécutant peut, à un moment donné ou à un autre, manquer d’attention, se tromper, etc.

Chaussures de sécurité : quelles sont les caractéristiques à observer ?

Comme toujours, les maisons et marques qui s’occupent de la fabrication de ce genre de chaussures ont adapté leurs différents produits aux spécificités de chaque domaine d’activité. Il existe aujourd’hui huit normes officielles en fonction des caractéristiques de protection recherchées. Parmi les différents critères pris en compte, figurent la résistance de la semelle à la chaleur, l’imperméabilité de la chaussure, la résistance de la semelle aux substances toxiques, la présence ou non d’un embout de protection, et la résistance de cet embout de protection suivant les chocs et le niveau de pression.

Par conséquent, le choix d’une chaussure est conditionné par l’analyse des risques encourus par les personnes exerçant le métier auquel est destinée la chaussure. Et les travailleurs peuvent s’appuyer sur ces critères pour vérifier la qualité des chaussures de sécurité. Pour finir, comme expliqué plus haut, plusieurs marques, y compris parmi les marques traditionnelles les plus célèbres, font aussi dans la fabrication de chaussures de sécurité. Les travailleurs ont donc la possibilité de mêler l’utile au « beau », grâce au design des récents modèles mis en vente.