Etude des Fake News sur Twitter: le mensonge va plus vite que la vérité

Big Data et révolution de l’intelligence ont aidé à faire fleurir les fausses informations sur les réseaux sociaux. Ces dernières sont dans une certaine mesure inquiétantes car elles peuvent peser lourd sur la vie publique, politique, économique et sociale. Alors comment se répandent les Fake News ? Quel est leur impact ? Et pourquoi une fausse information est-elle plus facilement lue et relayée qu’une vraie nouvelle ?

Pourquoi le phénomène des Fake News doit interpeller ?

En 2013, sur Twitter, une Fake News disant que le président des Etats-Unis Barack Obama avait été blessé dans une explosion, a contribué à l’évaporation de 130 milliards de dollars en actions. Voici un exemple parmi tant d’autres, qui montre bien qu’à partir d’une seule information erronée, tweetée et relayée, des conséquences de grande ampleur peuvent avoir lieu. C’est en cela qu’ une Fake News est inquiétante, et c’est pourquoi l’Institut de Technologies du Massachussetts (MIT) s’y est intéressé de très près.

Etude sur la diffusion d’information : que peut-on retenir des Fake News ?

D’après l’étude de l’Institut de Technologies du Massachussetts, menée par Soroush Vosoughi, qui a étudié la diffusion de plus de 120 000 informations (erronées et avérées) sur une durée d’environ 10 ans, il en est finalement ressorti que les fausses données se propagent apparemment plus vite que les vraies informations.

Depuis 2006, ces 120 000 nouvelles sélectionnées ont été tweetées environ 4,5 millions de fois par environ 3 millions d’internautes. Parmi les fausses informations, les meneurs de l’étude ont constaté que ces dernières étaient des actualités récentes, et qu’elles étaient reliées à des sujets faisant écho à la peur, la surprise ou le dégoût. D’un autre côté, les informations vérifiées ou “vraies” étaient porteuses de joie, de confiance ou de tristesse par exemple. Les Fake News, générant plus de charge émotionnelle et se caractérisant par la nouveauté, la sensation, ont fait l’objet de retweets plus importants.

D’autres constatations rendues possibles par la réalisation de cette étude interpellent fortement. Il semblerait que la diffusion varie selon la qualité de l’information. Ainsi, une Fake News se propage apparemment plus rapidement et plus largement que les autres informations. En effet, toujours selon l’Institut de Technologie, les fausses informations ont atteint entre 1000 et 100 000 tweets et partages, alors que les vraies news n’en étaient qu’à 1000 tweets tout au plus. Par ailleurs, ils ont constaté que le phénomène s’amplifiait d’autant plus si la nouvelle relevait directement du domaine de la politique.

Pour finir, ils ont observé que les systèmes automatiques n’avaient rien à voir avec ces importants écarts de diffusion entre bonnes et fausses nouvelles, et que les internautes qui relayaient le plus les Fake News n’étaient pas forcément ceux avec le plus de followers.

Pour approfondir le sujet, retrouvez l’article du MIT à ce sujet (en anglais).