L’endettement mondial atteint un niveau inquiétant

L’ensemble des dettes accumulées sur la planète  par les entreprises, les États et leurs citoyens représente désormais 226.000 milliards de dollars selon l’Institute of International Finance. Plus de trois fois le montant du PIB annuel de l’ensemble des nations de la planète.

Un nouveau sommet est atteint, laissant augurer, peut-être, une longue et douloureuse chute. L’ensemble des dettes accumulées dans le monde représente désormais 226.000 milliards de dollars (192.000 milliards d’euros), selon l’Institute of International Finance. L’organisation, spécialisée dans le suivi des flux financiers à l’échelle planétaire, estime ainsi que ce montant représente plus de trois fois le PIB mondial annuel.

Un chiffre d’autant plus inquiétant que plusieurs banques centrales –la BCE en premier lieu– s’apprêtent à durcir leur politique monétaire. Ce qui place les pays émergents en première ligne, puisque selon l’étude de IIF, ces derniers devront rembourser ou refinancer quelque 1700 milliards de dollars avant la fin de l’année 2018. Leurs conditions d’accès au crédit pourraient donc être plus difficiles.

La Chine inquiète

La situation de la Chine est également très préoccupante, à en croire l’institution, qui note que la dette globale des entreprises du pays a connu une forte augmentation (+660 milliards de dollars) pour la seule année 2016. Soit une croissance supérieure à celle qu’avait connu les États-Unis… en 2008, juste avant la crise.

Autre motif d’inquiétude: beaucoup d’entreprises ont du mal à faire face à leurs créances. L’étude indique en effet que les ratios de couverture d’intérêt, qui permet de mesure la capacité qu’ont les sociétés à rembourser leurs dettes, se sont dégradés dans plusieurs pays. C’est le le cas notamment en France et en Allemagne mais pas au Royaume-Uni.

mm

Professeur de français, je suis également rédactrice pour inktomi.fr. J’écris principalement pour la partie High Tech qui m’intéresse particulièrement, mais il m’arrive aussi de poster sur d’autres sujets au gré de mes envies.