La Chine ordonne la fermeture des entreprises nord-coréennes d’ici janvier

Les entreprises nord-coréennes établies en Chine devront cesser leur activité d’ici janvier, a annoncé jeudi le ministère chinois du Commerce. Cette décision est en application de la dernière batterie de sanctions de l’ONU après un nouvel essai nucléaire de Pyongyang.

« Les coentreprises sino-étrangères, les sociétés à capitaux mixtes et à capitaux étrangers établies en Chine par des entités ou des individus de Corée du Nord devront être fermées d’ici 120 jours » à compter de l’adoption de la résolution 2375 par le Conseil de sécurité des Nations unies le 11 septembre.

Sixième essai nucléaire de Pyongyang

Soutenue par Pékin – le principal allié diplomatique de Pyongyang -, cette résolution entérine une huitième salve de sanctions onusiennes à l’encontre du régime de Kim Jong-Un. Elle interdise notamment ses exportations de textile et en réduisant ses approvisionnements en pétrole.

Elle fait suite au sixième essai nucléaire réalisé par Pyongyang le 3 septembre, le plus puissant à ce jour et à l’origine d’une violente secousse sismique. Le régime stalinien avait alors revendiqué le test réussi d’une bombe à hydrogène.

La Chine, membre permanent du Conseil de sécurité, a approuvé le durcissement des sanctions internationales et assure les appliquer « strictement et dans leur entièreté ». Les Etats-Unis enjoignent par ailleurs le pays d’accroître la pression sur son turbulent voisin.

mm
Rédacteur en chef du site inktomi.fr spécialiste des nouvelles technologies. Il publie des actualités liées au high tech, au web et les smartphones. Il est actuellement Gérant de la société inktomi, une agence web basée Aix-En-Provence.